Historique

Biographie du Frère Marie-Victorin

C’est à Kingsey Falls , dans les Cantons de l’Est, que naît le 3 avril 1885, Joseph-Louis-Conrad Kirouac, fils de Philomène Luneau de Saint-Norbert d’Arthabaska et de Cyrille Kirouac, petit-fils du chevalier François Kirouac descendant d’une famille bretonne. Il a cinq sœurs prénommées Adelcie, Laura, Blanche, Eudora et Bernadette.  

Le jeune Conrad aime la vie libre des champs, aller aux fraises, aux framboises et pêcher la petite truite dans le ruisseau situé à un demi-mille de la maison des Luneau.

Il passe cependant la majeure partie de son enfance dans la paroisse Saint-Sauveur à Québec où son père, Cyrille, dirige un commerce de grossiste dans le domaine des farines et des grains dont lui et son frère Napoléon G. ont hérité de leur père François.   

Conrad Kirouac fréquente d’abord l’école paroissiale, puis l’Académie de Québec, institution sous la direction des Frères des Écoles chrétiennes. C’est en juin 1901, qu’il entre au noviciat Mont-de-la-Salle situé alors sur l’emplacement actuel du Jardin Botanique de Montréal.  

Dès 1904, il enseigne la composition française, l’explication des textes littéraires, l’algèbre et la géométrie d’abord à Saint-Jérôme puis à Saint-Léon de Westmount et enfin à Longueuil. Afin de le guérir de la tuberculose dont il est atteint, son médecin lui donne l’ordre de quitter ses livres et ses élèves, et de se promener librement dans les bois et les champs. Grâce à son esprit vif et curieux, il s’initie rapidement à la botanique.  

Alors qu’il est professeur à Longueuil depuis deux ans, le Frère Marie-Victorin fonde en 1906 un cercle littéraire.  

Grâce à son talent de grand communicateur, il sait éveiller l’esprit de ses élèves et il leur donne le goût d’apprendre et de s’instruire davantage. Il est déjà un véritable chef de file.

En 1920, il est appelé par les autorités de l’Université de Montréal à organiser l’Institut botanique.

En 1924, il devient professeur de botanique à l’Université de Montréal et Mgr P.N. Bruchési, alors archevêque de Montréal et chancelier de l’Université, le charge de créer le Jardin botanique et d’en occuper le poste de directeur. 

Le Frère Marie-Victorin est un grand pédagogue, en plus de sa classe régulière et de ses travaux personnels de littérature et de sciences, tous les jours de congé, il organise des promenades d’herborisation que suivent librement les élèves. Pendant des années, chaque dimanche soir, le Frère Marie-Victorin destine aux jeunes une séance spéciale : il lit et commente les fables de Lafontaine, qu’il illustre de projections… Il lance une école nouveau genre appelée « École de la Route » que fréquentent les professeurs avides d’herboriser en compagnie du maître, pour mieux ouvrir, ensuite, les yeux de leurs élèves aux beautés de la nature.  

Guidé par son génie, le Frère Marie-Victorin, durant trente années a travaillé au livre qui l’a fait le plus connaître dans le monde scientifique : La Flore Laurentienne, qu’il publie en 1935. Cette véritable bible pour botanistes est encore, de nos jours, un outil indispensable, un guide sûr utilisé par ceux qui s’intéressent à la flore de notre beau pays.

Le 15 juillet 1944, le Québec perd un de ses plus illustres savants. Le Frère Marie-Victorin meurt des suites d’un accident d’automobile survenu lors d’une excursion d’herborisation à Black Lake dans les Cantons de l’Est. Témoignage de Louis–Philippe Audet dans l’Action Catholique du 17 juillet 1944

Le centre administratif de la Commission scolaire Marie-Victorin commémore de diverses manières l’œuvre du brillant éducateur et homme de sciences qui vécut jadis en ses murs. Ainsi, les salles de réunion sont désignées par des noms de fleurs répertoriées dans La Flore laurentienne : Chardon-de-Mingan, Lys, Gentiane, Orchidée, Aster, Perce-Neige, etc. Le salon d’accueil du 1er étage expose des photographies et des publications du Frère Marie-Victorin de même que des objets lui ayant appartenu. De plus, le logotype de la Commission est l’Iris versicolore, emblème floral du Québec.

Les commentaires sont fermés.